Le Rêve Éveillé Libre

Prendre Rendez-Vous
Qu'est ce que le Rêve Éveillé Libre ?

Il est dans nos vies des passages, ou l’on a ce sentiment que rien ne va plus : difficultés de couple, problèmes relationnels, tensions professionnelles…

L’état dépressif, la maladie, le stress, l’insécurité l’incapacité d’avancer et j’en passe, sont autant de signes qui nous invitent le plus souvent à faire une pause, à retrouver du bon sens, à retrouver son chemin.

Alors, quoi de plus beau que de rêver pour se sentir bien et repartir du bon pied ?

Le Rêve Éveillé Libre est une démarche thérapeutique simple d’accès, respectant votre rythme et d’une incomparable efficacité. Les effets bénéfiques sont rapidement perceptibles.

Il met en œuvre la dynamique de l’imaginaire, faculté dont chacun dispose. Il aide toute personne qui en éprouve le besoin, quelle que soit l’origine de sa souffrance à retrouver son chemin par elle-même.

Expérimenter le REL...

Il n’est pas nécessaire d’attendre d’aller mal pour expérimenter le R.E.L. Il est aussi l’occasion de libérer les tensions accumulées, développer sa créativité et sa manière d’Être au monde.

Georges Romey est le créateur de la méthode. Fort de son expérience basée sur l’étude de plus de 20 000 rêves, il observe que le Rêve Éveillé Libre se place sous le triple signe de l’éprouvé, du perçu, et du dire, vécus simultanément.

De ce fait, le rêve devient un lieu privilégié où s’opèrent les ré-équilibrations indispensables au rétablissement des harmonies vitales. Le REL est une véritable expérience.

Georges Romey parle du REL

Rêve éveillé libre, Françoise David
Rêve éveillé libre, Françoise David
En quoi le REL va-t-il m'aider ?

Les différentes dimensions sur lesquelles le Rêve Éveillé Libre agit de façon pertinente et efficace :

  • Éliminer la souffrance engendrée par les angoisses, les états dépressifs, burn-out…
  • Rétablir les conditions d’estime de soi, de confiance en soi, améliorer la relation aux autres.
  • Agir sur des symptomatiques corporelles : phobies, stress, panique, tocs, douleurs…
  • Agrandir le champ de conscience, retrouver sa liberté d’être, renouer avec sa capacité à créer.
Mais aussi...
  • Renforcer le sentiment d’identité, retrouver sa place au sein de l’univers.
    Réduire le risque de maladies provoquées par la rupture des équilibres fondamentaux.
  • Harmoniser le rapport entre l’être et l’Être.
  • Quitter le monde en paix.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive. Le REL peut être également l’occasion d’un accompagnement autour de l’infertilité, le deuil, la maladie, l’hypersensibilité…

Comment se déroule une séance ?
1) La phase d'accueil

C’est l’occasion d’échanger, de dire tout ce qui est bon pour vous.

2) Puis vient le temps du rêve

En position semi-allongée, nous pratiquons ensemble un exercice de relaxation. Il vous invite à rejoindre l’état entre veille et sommeil favorisant ainsi la production d’images symboles.

Sans aucune injonction de ma part, sans aucune intention particulière, vous laissez dérouler le scénario devant vos yeux, jusqu’à ce que de manière spontanée le rêve s’arrête.

C’est vous qui démarrez le rêve, c’est vous qui l’arrêtez.

3/. Enfin, le temps de l’échange autour de votre scénario.

C’est l’occasion pour vous de poser des mots autour de vos ressentis, de ce qu’évoque cette promenade en image. Les symboles marquants peuvent être l’occasion de donner du sens à votre rêve.

Le processus dynamique en action par le rêve agit sur le plan physiologique sans que l’interprétation soit nécessaire. La traduction des symboles est enrichissante, elle accélère la prise de conscience mais elle n’est pas thérapeutique.

Pour en savoir plus : Rêve Éveillé Libre – ADREL

Rêve éveillé libre, Françoise David
Rêve éveillé libre, Françoise David
Un exemple : Le Rêve de Claudine

Je me vois allongée sur une plage, mais dans un … Entourée de sable, j’ai juste la tête qui dépasse, je sens que ça fourmille sur moi et je vois des petites tortues qui sortent, des bébés tortues qui sortent au-dessus de ma tête, elles me grimpent dessus, sur la tête, et elles font deux files, une à gauche et une à droite de ma tête, et elles commencent à descendre, une file à gauche et une file à droite.

Elles arrivent au niveau de mon cou, elles repassent sous le sable et elles avancent le long de mes bras, je les sens s’enfoncer au fur et à mesure le long du corps, comme si elles faisaient un petit tunnel. Elles remontent le long de mes jambes, puis elles viennent faire l’intérieur de mes bras, elles arrivent au niveau de mon cou, elles remontent sur mon visage et arrivées en haut de la tête elles redescendent sur le sable, et elles partent vers la mer … j’ai l’impression qu’elles ont …. Avec leur tunnel. Elles ont creusé, elles m’ont libérée du sable. C’est comme si elles avaient découpé ma forme dans le sable pour que je puisse sortir.

Suite du rêve

Je suis un peu spectatrice de ce découpage, car je n’ai que la tête hors du sable. Je ne sais pas si je dois bouger ou si je dois rester allongée, et comme elles ont découpé le sable, en séchant il devient tellement fin qu’il tombe. Je peux me lever du coup, je ne me lève pas d’un coup, je lève le bras d’abord, je secoue le sable résiduel, j’élève l’autre aussi, je bouge mes doigts de pieds. J’ai l’impression de sortir d’une momie en fait, je bouge le reste des jambes, je me tourne un peu dans tous les sens pour laisser l’empreinte sur le sol. Je me lève et je me secoue pour enlever les grains de sable. En étant debout j’ai l’impression d’être beaucoup plus grande que la forme au sol. Je vais chercher des petits bouts de bois et je les mets au niveau du cou … de la forme … de la trace de mon cou sur le sable …

J’hésite entre laisser le vent faire disparaître l’empreinte de mon corps sur le sable ou le faire moi-même … remplir les trous avec du sable … et je vois un nuage qui prend une forme de visage, qui souffle sur le sable, ça fait une espèce de mini tornade de sable, avec les grains de sable qui s’envole … et les grains de sable en retombant … forment … se mettent en forme … crée une espèce de forme humaine debout … et cette forme, finalement, je mets à coté et elle fait ma taille quoi !

Je passe à travers, et en passant à travers tous les grains de sable tombent sur la plage. J’ai l’impression d’avoir passée une porte en passant à travers la forme.

Je marche sur le sable mouillé et je sens vraiment le sable mouillé sous mes pieds … je le sens vraiment … ça me fait du bien de laisser mon empreinte sur le sol. J’appuie chaque orteil et ça me fait penser au premier homme qui a marché sur la lune. Comme si je marchais pour la première fois sur le

Je me vois allongée sur une plage, mais dans un … Entourée de sable, j’ai juste la tête qui dépasse, je sens que ça fourmille sur moi et je vois des petites tortues qui sortent, des bébés tortues qui sortent au-dessus de ma tête, elles me grimpent dessus, sur la tête, et elles font deux files, une à gauche et une à droite de ma tête, et elles commencent à descendre, une file à gauche et une file à droite.

Elles arrivent au niveau de mon cou, elles repassent sous le sable et elles avancent le long de mes bras, je les sens s’enfoncer au fur et à mesure le long du corps, comme si elles faisaient un petit tunnel. Elles remontent le long de mes jambes, puis elles viennent faire l’intérieur de mes bras, elles arrivent au niveau de mon cou, elles remontent sur mon visage et arrivées en haut de la tête elles redescendent sur le sable, et elles partent vers la mer … j’ai l’impression qu’elles ont …. Avec leur tunnel. Elles ont creusé, elles m’ont libérée du sable. C’est comme si elles avaient découpé ma forme dans le sable pour que je puisse sortir.

Je suis un peu spectatrice de ce découpage, car je n’ai que la tête hors du sable. Je ne sais pas si je dois bouger ou si je dois rester allongée, et comme elles ont découpé le sable, en séchant il devient tellement fin qu’il tombe. Je peux me lever du coup, je ne me lève pas d’un coup, je lève le bras d’abord, je secoue le sable résiduel, j’élève l’autre aussi, je bouge mes doigts de pieds. J’ai l’impression de sortir d’une momie en fait, je bouge le reste des jambes, je me tourne un peu dans tous les sens pour laisser l’empreinte sur le sol. Je me lève et je me secoue pour enlever les grains de sable. En étant debout j’ai l’impression d’être beaucoup plus grande que la forme au sol. Je vais chercher des petits bouts de bois et je les mets au niveau du cou … de la forme … de la trace de mon cou sur le sable …

J’hésite entre laisser le vent faire disparaitre l’empreinte de mon corps sur le sable ou le faire moi-même … remplir les trous avec du sable … et je vois un nuage qui prend une forme de visage, qui souffle sur le sable, ça fait une espèce de mini tornade de sable, avec les grains de sable qui s’envole … et les graihttp://ns de sable en retombant … forme … se mettent en forme … crée une espèce de forme humaine debout … et cette forme, finalement, je mets à coté et elle fait ma taille quoi !

 

Conclusion du rêve de Claudine

Je passe à travers, et en passant à travers tous les grains de sable tombent sur la plage. J’ai l’impression d’avoir passée une porte en passant à travers la forme.

Je marche sur le sable mouillé et je sens vraiment le sable mouillé sous mes pieds … je le sens vraiment … ça me fait du bien de laisser mon empreinte sur le sol. J’appuie chaque orteil et ça me fait penser au premier homme qui a marché sur la lune. Comme si je marchais pour la première fois sur le sable mouillé. J’ai envie de m’allonger dedans, je m’allonge et en m’allongeant, je mets d’abord les genoux, les cuisses, le ventre. J’enfouis ma tête, mon visage, c’est comme si je me mettais dans l’argile. Un bain de boue qui fait du bien. Je me retourne pour me mettre sur le dos. Je prends… J’en prend pour faire une boule et me frotter, bien m’imprégner, j’en mets plein les cheveux et une fois que j’en ai mis partout, je vais courir dans les vagues, je me rince. J’ai l’impression d’avoir fait un peeling complet. J’ai la peau douce, j’ai enlevé toutes les peaux mortes. Je vais chercher une grande feuille de bananier pour me sécher. Je m’assois sur le sable avec cette feuille de bananier autour de moi et j’admire le paysage et l’horizon. Ce sont les derniers rayons du soleil qui me réchauffent. Je m’endors dans cette feuille de bananier.

Et Claudine de préciser en ouvrant les yeux :

« Les petits bouts de bois que j’ai mis à la place du cou, c’est le lien corps/esprit. »

 Quoi de plus beau que de rêver pour aller mieux ?

Vous seul, savez quel est votre besoin au moment où vous rêvez.

Rêve éveillé libre, Françoise David
Partagez
Partagez
Tweetez